• Auteur:

    lesadultesenmusiqueunblogfr

    • Album : Concert ODMT et chorale juin 2014
      <b>Préparatifs</b> <br />

ODMT : la vérité, enfin !

Posté par lesadultesenmusiqueunblogfr le 31 août 2011

Depuis dix ans, notre cher public, exclusivement composé de mélomanes distingués, se demande ce que signifie le sigle « ODMT », ces quatre lettres de feu qui s’inscrivent désormais dans le patrimoine musical de l’humanité. Pour ce dixième anniversaire (déjà…), une chronique historique s’impose.

La scène se passe dans un café parisien ; nous sommes en 2001. Sont présents : notre chef bien aimé, Catherine (que Dieu l’ait en sa sainte garde !), Anne de la R., Stéphane C., Marie-Pierre Ch. et quelques autres qui nous seront sans doute reconnaissants de ne pas les avoir nommés ici.

Le problème débattu est le suivant : l’orchestre a un chef ; il a déjà cinq ou six musiciens (dont un inspecteur des finances tombé dans la mélomanie) ; mais il n’a pas encore de no.

Or, sachez-le, cher public, rien n’est plus difficile que de trouver un nom pour un orchestre. Jouer juste et en mesure, à côté, c’est de la petite bière.

Catherine, notre chef bien aimé, décide d’appliquer le principe juridique bien connu : « in vino veritas ». Et elle commande une première tournée de kirs.

Et de fait, les idées fusent. L’un des participants propose d’appeler l’orchestre « Philharmonie Rationaliste des Amateurs Distingués et Aimables » (P.R.A.D.A.). Mais l’idée est abandonnée.

On se reprend une tournée de kirs, pour s’éclaircir les idées.

L’un des participants propose d’appeler l’orchestre : « Nouvel Ensemble Révolutionnaire des Volontaires Orphéonistes » (N.E.R.V.O.). Mais l’idée est encore abandonnée, allez savoir pourquoi…

Troisième tournée de kirs…

Quatrième tournée de kirs…

Et tout d’un coup, c’est l’illumination. Une des personnes présentes (nous aurons la charité de taire son nom) se lève et s’écrie : « on devrait l’appeler Orchestre De Ma Tante ».

L’ODMT était né et il était baptisé.

Dans la nuit qui suit, Michel P. compose ce qui deviendra l’hymne de l’orchestre : « Si tu vois ma tante », morceau d’un polyphonie subtile et remarquable, qui sera joué presque systématiquement en bis pendant les dix années qui suivent.

Voilà, vous savez tout…

Publié dans Humeurs | Pas de Commentaire »

 

sortie2secours |
RapMaroc |
eurynome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la musique cha3bi marocain
| شرقي...
| Ecole de musique d'Hénin-Be...